Partager :

Au sein du Groupe Sigma, une équipe dédiée à la performance applicative travaille à l’optimisation des applications. Qu’il s’agisse de projets développés en interne ou de clients externes, avant ou après déploiement. L’ensemble des tests possibles, en s’appuyant sur les outils Neoload, Dynatrace et Selenium, forme une chaîne complète, d’autant plus cohérente dans une logique d’intégration continue et de montée en puissance de l’UX. Rencontre avec Nicolas Renaud, responsable de l’équipe Performance et Automatisation.

“Notre métier et notre passion, c’est la performance applicative !” Responsable d’une équipe dédiée Performance applicative de 4 personnes, Nicolas Renaud raisonne optimisation, vitesse, montée en puissance… L’équipe réalise des tests de charge en simulant un pic d’activité soutenu sur des applications de type web en environnement de test. Elle conduit aussi des audits de performance sur la base de l’activité réelle de production pour analyser les lenteurs. Les tests de performance s’imposent désormais dans un souci d’expérience utilisateur (UX) accrue et de respect des usages.

 

“Les tests de charge représentent 80 % de notre travail, explique-t-il. Si nous sommes polyvalents sur l’ensemble des activités du Groupe, nous sommes rattachés à la direction Infogérance. Les tests sont le plus souvent menés en mode projet. Parfois, ils le sont en migration. Nous utilisons un outil du marché, la plateforme Neoload. Elle est devenue leader en 2019. Son principal intérêt réside dans sa capacité à scripter des actions qu’il s’agisse d’applications simples ou complexes à analyser. Nous sommes trois collaborateurs à être certifiés par son éditeur Neotys.”

 

Une expérience utilisateur de qualité impose désormais une réponse quasi-immédiate à une requête. “Sinon, les indicateurs de productivité ne sont pas atteints. Selon les résultats remontés par Neoload, nous regardons de plus près quelles sont les éléments à optimiser (code Java, requête SQL, ajout de mémoire…). Pour aller plus loin, nous pouvons pousser nos investigations sur les bases de données.

Nous intervenons aussi à l’occasion d’une migration : changement de base de données, de serveurs Oracle, passage d’une infrastructure physique à virtuelle… Nous sommes alors sur un scénario de comparaison avant/après.”

 

La deuxième partie des missions relève de la supervision des performances ou trouble shooting, qu’il s’agisse de la gestion d’un incident ou du suivi d’une application sensible, par exemple de type e-commerce, quand elle est en production.

 

“Nous nous appuyons également sur un outil d’introspection existant : Dynatrace. Il réalise du monitoring en temps réel et conditions réelles d’utilisation. Il fonctionne en synergie avec Neoload, poursuit Nicolas Renaud. On peut ainsi identifier et tracer une séquence depuis le clic dans le navigateur web jusqu’à la requête SQL en base de données. Dans 80 % des cas, le dysfonctionnement vient du code. Dynatrace nous permet de déterminer à la ligne près d’où provient le bug. Notre plus-value est de fournir un double niveau d’amélioration, à la fois applicative et quantitative car nous avons un regard d’ensemble.

Désormais, nous amenons le test de charge dans des logiques DevOps et intégration continue.”

 

Le Groupe Sigma recrute un.e ingénieur.e en performance applicative.

Consultez l’offre dans l’espace Carrières  : https://carrieres.sigma.fr/detail/fr/116040

 

 

Suivez-nous sur nos réseaux !