Partager :

Le Design Thinking est en passe de devenir la référence pour des projets toujours plus innovants. Mais comment fonctionne-il réellement ? Quels sont ses outils ? Découvrez-le à travers un projet agile : YES, l’application mobile pour les DSI !

 

Derrière YES, une idée simple : fournir aux DSI un nouvel outil connecté, regroupant en temps réel toutes les informations sur leur SI. Ainsi, ils garderaient toujours à portée de main de quoi prendre les décisions qui s’imposent. A travers ce projet, nous avions également l’occasion de mettre en pratique le Design Thinking et le développement agile chez Sigma. Avec un objectif important : parfaire nos méthodes de travail et renforcer la dynamique collaborative de l’entreprise.

Mais avant de décortiquer le produit fini, revenons à la méthode.

 

Le Design Thinking vise à identifier et résoudre des problématiques grâce à un puissant outil : l’innovation.

Le Design Thinking est une démarche créative dont le but est d’identifier et de résoudre des problématiques grâce à un puissant outil : l’innovation. Elle est entièrement centrée sur l’utilisateur final d’un produit ou service, et s’appuie sur 3 principes clés :

  • Une réflexion orientée sur le « quoi » du produit fini, plutôt que le « comment »
  • Une interaction permanente entre les différentes parties prenantes (développeurs, utilisateurs, commanditaire…)
  • La prise en compte du contexte projet dans sa globalité, pour chaque modification

 

Véritable état d’esprit, le Design Thinking intervient en amont d’un projet, et comprend de nombreuses phases d’observation. Celles-ci permettent de préparer le terrain pour la phase de développement, le plus souvent effectuée selon une méthode agile. Dans tous les cas, les utilisateurs finaux doivent être pleinement intégrés dans les ateliers créatifs, afin d’identifier efficacement leurs difficultés.

 

La méthode s’appuie sur le schéma suivant :

 

 

Et le développement agile dans tout cela ?

Selon le contexte de travail et la nature des utilisateurs finaux, il est possible d’utiliser divers outils d’animation comme le SWOT, le Brainstorming, la Carte d’empathie ou encore les chapeaux de Bono. Ces outils permettent d’avancer sur tous les aspects du projet, tout en conservant souplesse et simplicité.

 

Lorsque l’on fait du Design Thinking, il est indispensable de bien cerner la problématique clé et de déterminer le défi créatif à réaliser. C’est de là que la méthode tire son nom : Design pour la création, Thinking pour la réflexion.

 

Avec le Design Thinking, la conception produit s’effectue de manière collaborative, du début à la fin.

Un des atouts majeurs de cette démarche est de pouvoir stopper, changer ou encore mélanger les différents ateliers pour aboutir à la solution idéale. La conception produit s’effectue de manière collaborative, du début à la fin. La progression est, quant à elle, incrémentale.

 

Chez Sigma, nous utilisons une méthode agile très fortement inspirée de Scrum que nous avons connectée au Design Thinking. Ainsi, les deux activités s’enchaînent naturellement. Cette méthode nous permet :

  • D’offrir au commanditaire la possibilité de rester maître de son projet, depuis la réflexion jusqu’à la réalisation
  • De pouvoir démontrer l’avancée des travaux, grâce à un livrable opérationnel fourni à la fin de chaque sprint.

 

Récemment, nous avons décidé d’appliquer cette méthode combinée dans le cadre d’un projet interne. Pour ce faire, notre équipe s’est penchée sur les besoins de nos clients DSI.

Un tableau de bord connecté pour les DSI

Lors d’un premier atelier créatif rassemblant une dizaine de collaborateurs, plus de 30 idées ont été générées quant aux enjeux d’un DSI. Parmi ces enjeux, une problématique essentielle a été mise en lumière : celle de rester maître de son SI, à tout moment. Elle rassemblait 3 besoins :

  • Etre informé en temps réel, quel que soit l’endroit (ATAWAD)
  • Centraliser toutes les sources d’informations sur le SI
  • Posséder les outils pour réagir efficacement en cas de problème

 

En 3 séances de 3 heures, nous avons obtenu l’idée clé du projet, et les spécifications associées.

En 3 séances de 3 heures, nous avons obtenu l’idée clé du projet, et les spécifications associées. L’équipe de développement a alors choisi de concevoir une application mobile «Mon SI dans la poche », permettant d’avoir une visibilité instantanée sur son Système d’Information.

 

Les spécifications sorties des ateliers de Design Thinking ont très rapidement permis d’écrire les users stories nécessaires à la constitution du backlog du développement. 9 sprints d’une semaine plus tard, le prototype de l’application était installé chez le premier utilisateur. Au cours du dernier trimestre 2015, deux clients pilotes ont d’ailleurs permis d’affiner les fonctionnalités de l’application, grâce à leurs retours.

 

Par le futur, l’application évoluera toujours en mode agile. Publiée gratuitement sur les stores Android, Apple et Microsoft début 2016, elle s’enrichit en permanence de fonctionnalités proposées par les utilisateurs eux-mêmes.

En pratique, ça donne quoi ?

L’application YES est disponible pour tous les clients Sigma, s’interfaçant avec nos offres pour proposer un tableau de bord complet et intuitif.

 

Parmi les fonctionnalités proposées, on retrouve :

  • Une connexion utilisateur protégée
  • Les indicateurs et informations importantes pour la DSI comme les incidents majeurs, les services applicatifs, la métrologie technique…
  • Les contacts Sigma du client
  • Une vue synthétique des dossiers du Service Desk
  • Un accès à l’espace documentaire de l’entreprise

 

Le tout avec une transparence totale des données, et la possibilité de faire des remontées sur l’application à tout moment.

 

 

Lexique
Sprint : appellation d’une période de travail, dans le découpage du projet.

Users stories : histoires utilisateurs, traduites par la formule « L’utilisateur X souhaite effectuer l’action Y pour aboutir à la finalité Z ».

Backlog : recueil de toutes les histoires utilisateurs.

Suivez-nous sur nos réseaux !