Partager :

L’envolée de la puissance de calcul des serveurs, conjuguée aux grands changements structurels que connaissent les systèmes d’information (SI) comme l’hybridation dans le cloud ainsi que l’utilisation toujours plus massive de technologies innovantes (conteneurisation, objets connectés ou iOT), génèrent des flux croissants de données.

 

Ces data, bien exploitées, peuvent créer une forte valeur ajoutée pour les entreprises. Explications de Yohann RICHARD, manager de l’équipe Architectures et Solutions en charge de la roadmap technologique de l’infogérance.

 

 

Data visualisation : mode d’emploi…

L’objectif est d’offrir une visualisation pertinente d’un ensemble de données pour réagir vite, de façon pro-active avec efficacité afin de créer de la valeur à partir des données. Trois phases essentielles dans le processus :
  • La collecte
  • Le stockage
  • L’exploitation
Ces trois étapes répondent au respect des  bonnes pratiques, et du bon sens. Les data à exploiter émanent de tout type de « device » et de toute forme d’application. Il faut adapter les solutions aux usages.

L’art de la métrologie

La métrologie, c’est l’art de mesurer des tendances pour en tirer profit. Dans l’écosystème du monitoring, on retrouve très souvent des outils tels que Nagios, Zabbix, Cacti… qui, au-delà de superviser les infrastructures, les systèmes, les applications… effectuent justement de la métrologie. Le font-ils à la hauteur des attentes de l’entreprise ? Pas forcément, tout dépend des souhaits de l’utilisateur et du budget à engager pour ces actions.

 

L’accompagnement Sigma : orienter les clients selon leurs usages

Les experts du groupe Sigma offrent aux entreprises leur savoir-faire basé sur une solide expérience dans ce domaine de la valorisation des données. De nombreux paramètres entrent en jeu :

  • La granularité des données
  • L’ergonomie des interfaces
  • La nécessité d’identifier des saisonnalités pour prédire des tendances
  • La capacité à réagir sur comportements anormaux…
Mais aussi accélérer le « trouble shooting » et/ou fournir du reporting de qualité… Ces points figurent parmi ceux à étudier lors de la mise en place d’une métrologie.

Suivez-nous sur nos réseaux !