Partager :

Les RH en action face au Covid-19

#8 Cultiver le bien-être au travail

La gestion du travail en confinement a demandé aux collaborateurs une forte capacité d’adaptation. La reprise progressive dans l’entreprise, et les changements qui l’accompagnent, peut s’avérer tout aussi « énergivore ». D’où l’importance de se préoccuper – davantage encore ! – de leur bien-être.

Voici 8 clés pour prendre soin de ses équipes :

 

1. Identifier les risques psycho-sociaux : soudaine et nouvelle, la crise sanitaire a bousculé nombre de personnes, en révélant pour certaines des lignes de fragilité. Alors que la reprise s’amorce, il s’agit donc de pouvoir détecter rapidement tous signes de mal être (irritabilité, erreurs fréquentes, manque d’énergie, etc.) chez un collaborateur. Et de réagir sans délai.

 

2. Créer des espaces de dialogue : après une longue période de confinement, synonyme d’un certain isolement, il est également crucial que chaque homme et femme de l’entreprise puisse exprimer ses ressentis, besoins ou difficultés, et bénéficier d’une écoute de qualité. Divers dispositifs (enquêtes bien-être, cellule d’écoute psychologique…) peuvent y contribuer.

 

3. S’appuyer sur des personnes ressources : représentants du personnel, managers, médecins du travail, psychologues… Plus l’entreprise compte de personnes formées à l’écoute active voire à la prise en charge, dans certains cas, de la souffrance psychique, plus les salariés peuvent apaiser d’éventuelles tensions et retrouver plus rapidement un équilibre personnel et professionnel.

 

4. Informer et rassurer : le confinement, puis la reprise au sein de l’entreprise, ont suscité ou suscitent chez les collaborateurs nombre de questionnements. Quels vont être les nouveaux gestes à adopter ? Comment l’entreprise affronte-t-elle cette période complexe ? Mon emploi risque-t-il d’être touché ?, etc. Pour retrouver de la sérénité dans ce contexte, « information régulière » et « transparence » sont les maîtres mots.

 

5. Ajuster la charge de travail : après deux mois au ralenti, les entreprises peuvent être tentées d’augmenter la cadence afin de compenser leur baisse d’activité. Une tentation à réfréner pour ne pas conduire des salariés déjà fatigués au bord du burn-out. Alors que l’activité économique reprend en douceur, le dosage de la charge de travail doit donc également être progressif et adapté.

 

6. Faire preuve de reconnaissance : pour continuer à servir au mieux leur entreprise, en confinement puis de retour sur site, nombre de collaborateurs ont beaucoup donné. La reconnaissance de cet investissement sous diverses formes – du simple « merci » à une prime récompensant leurs efforts – participe directement à leur bien-être psychologique.

 

7. Aider à se ressourcer : il n’est pas toujours simple pour des collaborateurs investis de savoir se poser et s’offrir des « respirations », pourtant indispensables. Dans ce domaine, l’entreprise a aussi son rôle à jouer. De différentes façons (séances de relaxation, aide à la déconnexion, conseils pour une bonne hygiène de vie, etc.), elle peut donner à ses salariés les moyens de se ressourcer.

 

8. Favoriser les moments de partage : home office, gestes barrière, réorganisation du travail… Les contraintes liées à la pandémie de Covid-19 demandent aux entreprises de relever un autre défi : maintenir la cohésion de groupe et les liens entre les personnes. Il s’agit ainsi de favoriser les rituels collectifs, les moments de partage – y compris via des canaux numériques (groupe whatsapp, réseau social d’entreprise…) – et les projets communs. De quoi continuer à cultiver esprit d’équipe et convivialité au sein de l’entreprise !

La parole à…

Laëtitia Lastennet, Responsable Formation au sein de Sigma

« Mise en place durant le confinement, la cellule d’écoute dédiée à nos collaborateurs va perdurer encore quelques mois. Conçu de façon collaborative (*), le dispositif de soutien dans lequel s’inscrit cette cellule permet d’accompagner ce nouveau changement, que constitue le déconfinement. Pour que les collaborateurs traversent au mieux ces différentes transitions, nous avons imaginé un dispositif souple, adapté au vécu de chacun. Et les écoutants de même ont été formés par des psychothérapeutes.

Pour nous, ce type de démarche n’est pas réellement nouveau. Avant le Covid-19, d’autres actions avaient déjà été mises en œuvre dans ce sens. L’ensemble de nos managers, par exemple, sont formés à l’écoute et aux relations intra-personnelles au travail. Avec un accent mis sur le bien-être et le développement personnel. Se centrer sur la relation à l’autre, en prenant le temps d’écouter et de partager, fait ainsi partie des gènes de Sigma. »

 

(*) La Direction de Sigma et des Ressources Humaines, la Commission Santé, Sécurité et Conditions du travail du CSE et des médecins sont à l’origine du dispositif.

 

Suivez-nous sur nos réseaux !