Partager :

Les RH en action face au Covid-19

#6 Tirer les enseignements de la crise

Si la pandémie de Covid-19 fragilise nombre d’entreprises, elle peut paradoxalement être une opportunité de se réinventer. Encore faut-il, pour cela, savoir tirer les enseignements de la crise. Favoriser le retour d’expérience, après le confinement, est donc une étape à ne pas négliger.

Voici 8 clés pour l’organiser au mieux :

 

1. Débriefer… à chaud : le confinement levé, les collaborateurs peuvent être rapidement happés par le retour dans l’entreprise, oubliant peu à peu ce qu’ils ont vécu. D’où l’importance, avant d’engager le processus de retour d’expérience, de recueillir les premiers ressentis des équipes. Comment ont-ils traversé cette période ? A quelles problématiques ont-ils dû faire face ? Qu’ont-ils retenu ? etc.

 

2. Définir les objectifs poursuivis : il n’est pas nécessaire de pratiquer le retour d’expérience sur l’ensemble des pans d’activité de l’entreprise. Cette réflexion peut ainsi porter sur un aspect particulier (pratique du télétravail, gestion de la relation client à distance…), revêtant pour elle un enjeu stratégique.

 

3. Favoriser une dynamique participative : selon son métier, ses conditions d’exercice, sa personnalité, etc., chaque collaborateur aura vécu différemment la période de confinement. C’est le cas, de même, pour les autres parties prenantes (partenaires, clients, dirigeants…) de l’entreprise. Pour s’assurer un retour d’expérience aussi riche que possible, rassembler des profils divers – et volontaires ! – est une des clés.

 

4. Programmer des ateliers de réflexion : aspects juridiques, problématiques commerciales, postures managériales… Un contexte de crise amène une « foultitude » de questionnements dans de multiples domaines. D’où l’importance de constituer des groupes de travail par thème, et de planifier des étapes, afin de structurer au mieux le processus de retour d’expérience.

 

5. Animer la démarche : l’expérience, que les entreprises traversent ces derniers mois, est complexe, nouvelle et… formatrice. Avec de nombreux enseignements négatifs et positifs à en retirer, permettant d’avancer différemment. Pour exploiter toute la richesse de ce vécu, grâce à l’intelligence collective, la méthode et les outils d’animation des ateliers doivent être soigneusement choisis.

 

6. Formaliser les avancées : partage d’expériences, échanges de ressentis, évolutions possibles pour demain… Toutes les idées qui émergent, durant ce temps d’analyse, doivent être recueillies et formalisées au travers de livrables. C’est un temps propice également pour mettre à jour les documents existants comme le Plan de continuité d’activité (lire article 2)

7. Communiquer sur les résultats : pour explorer collectivement les pistes de progrès identifiées, l’ensemble des collaborateurs doivent pouvoir être informés de la démarche engagée et des leçons, qui en sont tirées. D’autant que ce travail, témoignant de la capacité d’une entreprise à prendre du recul, contribue à renforcer le sentiment d’appartenance.

 

8. Encourager au réflexe « REX » : la pratique du retour d’expérience, et de ses diverses formes comme le feed-back, est une culture fertile à diffuser au sein de l’entreprise. Ainsi, lorsqu’un manager, un opérationnel ou un dirigeant ont traversé une situation complexe ou solutionné une problématique nouvelle, il est utile d’avoir le réflexe « REX ». Comment ai-je vécu cette situation ? Qu’ai-je appris ? Quelles améliorations pour demain ?, etc.

 

La parole à…

Damien Ropars

Responsable des Ressources humaines au sein de Sigma

« Etre à l’écoute des collaborateurs et garder le contact. Ce sont des points, auxquels nous avons veillé particulièrement depuis le début du confinement. Outre des communications régulières (mise en place du chômage partiel, résultats du groupe…) par mail ou sur Yammer, et la mise en place d’un dispositif de soutien psychologique, nous avons notamment souhaité avoir le retour des salariés sur l’expérience étendue du télétravail. Il s’agissait de savoir comment ils la vivaient, en identifiant les problématiques rencontrées. Nous leur avons donc adressé un questionnaire et obtenu un fort retour : 570 collaborateurs sur 660 en télétravail y ont répondu. Se sentant aussi efficaces qu’avant voire davantage, une majorité d’entre eux a témoigné d’une expérience concluante, avec le vœu de continuer toutefois à allier temps en entreprise et. télétravail Depuis janvier, Sigma projetait d’étendre le télétravail à 2 jours par semaine. Le confinement permet de tester ce projet et nous servira pour adopter une position claire sur le sujet avant l’été ! »

Suivez-nous sur nos réseaux !