Partager :

Green IT : réduire la consommation énergétique de l’informatique

Il s’agit d’utiliser des matériels qui consomment moins, les implanter dans des locaux et Datacenters performant énergétiquement, déployer systématiquement les bonnes pratiques auprès de tous les usagers du parc informatique de l’entreprise (mise en veille, extinction des postes…).

L’obsolescence programmée est aussi à combattre : fabriquer un ordinateur consomme 2800 kg de matière première dont 1500 l d’eau, produit 164 kg de déchets, dont 24 kg hautement toxiques.

 

Côté logiciel, il est aussi possible d’écrire des logiciels moins gourmands. A titre d’exemple, un PC sous XP avec Office 97 consomme 47 fois moins de ressources informatiques qu’un PC sous Seven avec Office 2010 pour faire sensiblement la même chose. Quant au poids moyen d’une page Web, il a été multiplié par 80 en 18 ans…

 

IT for Green ? L’IT pour limiter l’empreinte énergétique des autres activités

C’est le second axe de travail. L’IT est une source d’optimisation pour les activités traditionnellement polluantes. Dans les exemples bien connus, issus de l’économie collaborative, Blablacar et plus récemment Sharette, proposent des services de covoiturage, ce qui évite les transports à vide et offre des trajets à moindres coûts.

 

Dans le monde de l’entreprise, les nouveaux services de colocation en Datacenter, et de cloud computing sont des avancées permettant une utilisation optimale des ressources matérielles et électriques.

 

En Pays de la Loire, des travaux innovants sur le green IT sont notamment portés par le Green Lab Center dont le Groupe Sigma est l’un des membres fondateurs. Ce cluster unique a pour vocation la promotion de l’innovation et du savoir-faire Green IT et associe des entreprises, des écoles de l’enseignement supérieur, des laboratoires de recherche et des associations.

Suivez-nous sur nos réseaux !